Le jury de la Fondation ManpowerGroup pour l’emploi  a remis ses prix littéraires en  fin d’année 2012.

 

Bonne  nouvelle, les cinq livres sélectionnés pour concourir au prix s’annonçaient comme une réelle bouffée d’espoir qui prônerait le retour de  l’humain au pouvoir.

Prise de conscience ou feu de paille qui ne résistera pas à la crise ?

Je pencherai personnellement vers la prise de conscience de la nécessité de la collaboration dans le sens noble du terme  et de la remise de  l’humain au centre des débats, c'est-à-dire en tant que valeur porteuse…

 


Découvrez ci-dessous les 5 livres sélectionnés :

 

« Les employés d’abord, les clients ensuite »,  de Vineet Nayar.


L’auteur  est PDG de HCL Technologies (multinationale indienne de services informatiques). Le management collaboratif  mis en place  a contribué à la très forte croissance de l’entreprise.


Vineet Nayar s’appuie notamment sur l’idée que la jeune génération – les fameux Y – est une génération collaborative par excellence.


L’entreprise se doit alors de repenser sa  structure organisationnelle pour qu’elle soit capable d’accueillir, intégrer et faire évoluer ce type de salariés.


La vision moderne de Vineet Nayar a donné naissance à un important engouement, elle est  reconnue et enseignée dans les écoles de management. Certains n’hésite pas à la designer du terme de « management le plus moderne au monde ».

 

 


 

« Le média humain, dangers et opportunités des réseaux sociaux pour l’entreprise » de Ludovic Boursin et Laetitia Puyfaucher.



Les auteurs partent du postulat que  le salarié est devenu le premier des médias de l’entreprise. Son statut d’être ultra-connecté aux autres doit l’intégrer et le mettre au cœur des stratégies de communication d’entreprise.


Ludovic Boursin et Laetitia Puyfaucher développent dans leur ouvrage ce qu’ils nomment comme « l’émergence de l’homme-média ».


Quid de la nouvelle place des managers face à ce collaborateur dotés de nouveaux pouvoirs par l’entremise des réseaux sociaux ?


Où se situe la notion de confiance au milieu de ces changements inédits ?


 

 

 

« Le grand basculement » de Jean-Michel Severino et Olivier Ray.


 

Paradoxe.


Les  ressources naturelles déclinantes leur confèrent un statut de rareté accompagné d’une augmentation financière de leur valeur.


Parallèlement, le développement économique rend le travail moins rare et accessible  et donc lui ôte de sa valeur…


Entre le vieillissement des populations et l’absorption de la force de travail des pays du Sud, les auteurs y voient le risque de futures grandes tensions sociales notamment par le jeu de ceux  qui profitent de la mondialisation tandis que d’autres y perdent emploi et revenu.

 

Il est urgent de rendre sa valeur à l’homme…

 


 

 

« Petits jeux de pouvoir en entreprise » de Mauricio Goldstein et Philip Read.


 Radio moquette la malveillante est en marche accompagnée de sa cohorte de bruits de couloir, de rétention d’information, de  manipulation…


 Si les petits jeux de pouvoirs se retrouvent dans toutes les structures humaines, en entreprise ils prennent une dimension génératrice de maux insidieux et particulièrement néfastes.

 

Ils vident les salariés de leur motivation et de leur énergie privant la collectivité de la nécessaire dynamique et freinent tous les efforts de changement….


Les auteurs s’inspirent de d’exemples issus d’entreprises internationales, pour identifier les petits jeux de pouvoir et offrir au lecteur les moyens d’identifier le degré d’emprise qu’ils sont susceptibles d’avoir sur son entreprise.


Pouvant être considéré comme un véritable guide pratique, l’ouvrage propose d’agir selon 3 étapes : prise de conscience, choix, exécution.


 

 

« Refonder l’entreprise » de Blanche Segrestin et Armand Hatchuel.


La crise économique, oui.


Mais ne serait-ce pas aussi une sorte de crise identitaire ?


Selon les auteurs,  l’entreprise doit redevenir une aventure humaine et collective.


Ce qu’elle est de moins en moins perdant sa  « dynamique de solidarité et de création collective  originelle ».


La force de l’ouvrage réside notamment dans l’analyse historique des ressorts qui animent l’entreprise afin de trouver des  pistes pour la refonder.


 

Il est temps de fixer de nouveaux objectifs aux entreprises et pas exclusivement financiers…

 

 

 

 

 

Envie de savoir qui a été récompensé lors de ce 17ème Prix Littéraire ?

 

Envie de retrouver les références de ces livres ?

 

 

 

C’est ICI.

 

 

 

 

 


 

 

Retour à l'accueil