Ce mercredi,  le gouvernement a présenté un projet de loi pour améliorer l'égalité hommes/femmes. 

 

Parmi les nouvelles mesures, certaines s’attèlent à la lutte contre les violences mais aussi aux  obligations de parité dans un grand nombre de structures. Ainsi, l’égalité homme/femme deviendra une condition à part entière pour la participation des entreprises aux marchés publics.

 

Enfin,  des dispositifs de réduction de la précarité économique pour certaines femmes sont évoqués.

 

"C'est un texte qui appréhende toutes les inégalités de façon transversale, considérant qu'il y a une cohérence profonde dans les inégalités entre les hommes et les femmes dans notre société", a déclaré Najat Vallaud-Belkacem, la ministre du Droit des femmes, lors du compte rendu du conseil des ministres.

 

 

 

La réforme du congé parental.


A ce jour, le congé parental est majoritairement utilisé par les femmes, elles représentent 96% des 540.000 bénéficiaires de cette prestation.

 

Seuls 18 000 hommes sont bénéficiaires, chiffre que le gouvernement a pour ambition de monter à 100 000 à la fin du quinquennat.

 

Visant également à augmenter le niveau d'emploi des femmes et à favoriser un meilleur partage des tâches familiales, le congé parental permettra au second parent de bénéficier du "complément de libre choix d'activité" et ce, pendant six mois.

 

 

Egalité et marchés publics.


Toute entreprise de plus de 50 salariés ne pourra plus participer aux consultations des marchés publics si elle n’apporte pas la preuve formelle de son respect de l’obligation d'égalité professionnelle. Pour mieux faire respecter les droits existants en la matière, les entreprises de plus de 50 salariés ne pourront plus bénéficier de marchés publics si elles n'attestent pas de leur respect de ces obligations.

 

 Cette mesure a suscité les critiques de la CGPME en ces termes : "cela pénalisera davantage encore les PME qui recrutent avant tout des compétences et n'ont pas les moyens des grands groupes pour satisfaire à toutes les obligations nouvelles qui, jour après jour, leur compliquent la vie".

 

 

Pensions alimentaires impayées.


Une mesure du projet de loi évoque également la création d'une garantie publique contre les impayés de pensions alimentaires.

 

Les caisses d'allocatios familiales verseront une "allocation de soutien familial" revalorisée et se retournera ensuite vers les mauvais payeurs.

 

 

La violence au sein du couple.


En cas de violences conjugales, le conjoint violent devra quitter le domicile. Son suivi sera renforcé.

 

En outre, le dispositif du téléphone d'alerte sera généralisé.

 

 

Et ailleurs ?


"Nous généralisons le champ de la parité en faisant en sorte que les fédérations sportives, les chambres de commerce et d'industrie, les chambres d'agriculture, les autorités administratives indépendantes, les autorités consultatives soient à leur tour concernées par ce principe en leur fixant des objectifs précis" a  annoncé Najat Vallaud-Belkacem.

 

Les cordonniers étant souvent les plus mal chaussés, les partis politiques qui n'appliquent pas les règles existantes sur la parité verront leurs pénalités financières doubler.

 

Attention donc aux mauvais élèves de la classe politique pour les prochaines élections législatives !

 

 

 


Retour à l'accueil