« Cachez cette e-réputation que je ne saurais voir… »


 


Les cassandres vous avaient pourtant prévenus.


Vous saviez pertinemment que la e-réputation est un  sujet ô combien sensible pour le e-homme d’aujourd’hui.


Mais voilà, vous étiez jeune et fou, vous avez découvert ces formidables jouets que sont internet et les réseaux sociaux avec toute votre fougue et sans songer aux effets indésirables.

Tout cela, c’était hier me direz-vous… soit  mais vous blaguiez impunément  et ce qui devait arriver …


Vous connaissez la ritournelle ?


Apprenez donc par cœur ce nouvel adage des  e-temps modernes : « la toile n’oublie rien, elle archive tout et est capable de tout ressortir à n’importe qui et à n’importe quel moment ! ».


Vous craignez, à juste titre,  ne plus avoir droit à l’oubli et à voir ressurgir issus des abysses capricieux du net de bien fâcheux messages ou photos qui ne font rire que vos amis mais nuisent à votre crédibilité ou encore des propos tenus un jour de rébellion post-adolescence attardée ?


Votre vie professionnelle est en passe de se modifier de gré ou de force et vous vous inquiétez de ces scories du passé que le moindre petit souffle pourrait se charger de réanimer ?


Il serait temps de (re)prendre votre e-réputation en main.


Car si une réputation se dégrade très vite, elle met beaucoup de temps à se rétablir.


Dilemme : voici un candidat lambda qui se doit d’exister sur le net mais pas trop et surtout à bon escient, c'est-à-dire sans hypothéquer sérieusement ses chances de séduire et convaincre un futur employeur. Et qui, pour avoir un futur, se doit de gommer son passé dès à présent…

 

Je constate que vous êtes prêts à quitter cet article et à courir acheter une nouvelle identité …


Stop !


Voici les premiers conseils de survie – que dis-je ! Les  commandements du e-candidat -  qui ont déjà fait leur preuve …

 

1 Un bilan de ton identité numérique tu feras…


Rien de plus simple : tapez votre nom et prénom dans un moteur de recherche et consultez les remontées…

Si vous constatez des élucubrations provenant de Facebook, Twitter, compte YouTube, PA-RA-ME-TREZ !!!

Vos comptes sont publics par défaut aussi pensez à effectuer les changements selon votre degré de confidentialité désirée.


Le cas échéant, n’oubliez pas de vérifier les traces de vos passages sur les forums et groupes de discussion. Intervenir dans l’ombre d’un pseudo est une bonne idée…


Voici une liste – non-exhaustive – des solutions de contrôle de votre identité numérique :


http://www.iprotego.com/

Iprotego vous sert à générer un joli nuage, reflet de l’ensemble des données vous concernant sur le net. A noter, Iprotego est aussi une agence d’e-reputation…


http://aliaz.com/

Aliaz vous propose de centraliser vos profils et vos contenus web sur une sorte de carte de présentation.

 

http://www.google.fr/alerts

 Un peu parano ? Google-Alerte vous permet de surveiller le web et des contenus non-désirables. Une alerte vous préviendra des nouveautés…

 

 

2 Les traces indésirables tu effaceras …


Aïe… vos venez de tomber sur des photos où vous ressemblez à un saumon aviné avec un slip sur la tête ? On vous gratifie de propos désobligeants ?


Prenez le taureau par les cornes et contactez l’administration des sites incriminés. Vous avez le droit de vous réclamer des garanties offertes par la CNIL  soit le droit d’accès et de rectification des données…


Si la tâche s’avère assez ardue vous pouvez aussi opter pour l’opération « noyade des éléments fâcheux ».

 


En clair :


3 Le terrain virtuel tu occuperas (intelligemment s’entend…)


Cette « noyade des éléments fâcheux » si elle semble simple de prime abord sera forcément chronophage.

L’objectif est de créer une nouvelle image positive, plus en adéquation avec vos aspirations d’une bonne e-reputation contrôlée.


A vous la joie de créer des profils sur Viadeo, LinkedIn et autres réseaux professionnels, de participer activement à des forums où vous pourrez démontrer toute votre pertinence naturelle ou encore d’alimenter qualitativement et quantitativement un blog pro.


Mais attention, tout ceci demande des efforts soutenus pour que les « éléments fâcheux » ne profitent pas d’un relâchement de votre part pour donner le coup de talon salvateur leur permettant d’échapper à la noyade…

 


4 Si tu es vraiment désespéré, une agence spécialisée tu contacteras…


Elles sont, aux dernières estimations, plus de 200 en France à proposer leurs services pour dresser votre profil et vous aider à le toiletter si nécessaire.


Leurs services sont bien entendu payant – voire même onéreux ! – mais seuls ces professionnels pourront vous aider efficacement si vous êtes victimes d’une campagne virtuelle de déboulonnage, de discrédit,  bref si vous êtes en proie à un attentat numérique…

 


Dilemme… ces agences n’ont pas de label de qualité, à vous de séparer le bon grain de l’ivraie…


Pour une liste : http://caddereputation.over-blog.com/article-26988418.html

 

 

5 Les jeunes tu avertiras…


A l’âge des potacheries, des comportements un peu limite, on ne pense pas aux années futures, celles où on deviendra un adulte pleinement responsable de ces actes présents, futures mais aussi passés…

Dois-je encore rappeler l’adage des  e-temps modernes : « la toile n’oublie rien, elle archive tout et est capable de tout ressortir à n’importe qui et à n’importe quel moment ! » ?

 

Le jeunot d’aujourd’hui sera peut-être fort marri lorsque les années passant il se retrouvera face à une image dépassée de lui-même…

 

Alors… qu’attendez-vous pour « montrer une e-reputation que je saurais voir » ?

 


 

 

(Retrouvez cet article en ligne sur le Web-mag de CergyVie !)

 

 


 


Retour à l'accueil