salaries_incertitude.png

 

 

 

Comment expliquer que la grande majorité des salariés exposés à une forte tension au travail ne se révoltent pas ?


Partant de cette constatation, un collectif de sociologues à mener l’enquête dans des secteurs d’activité très divers, dans le privé comme dans le public.

 

Au travers de leur travail d’investigation expliqué tout du long du livre « Les salariés de l’incertitude », c’est bien le phénomène de l’élaboration de systèmes de défense face à l’incertitude et à l’insécurité au travail qui est mis en lumière. C’est également la persistance d’un lien social qui permet aux salariés de résister à ce qui pourrait pourtant les broyer.


Certains salariés s’organisent entre eux ou avec leur hiérarchie pour dégager du temps de qualité ou pour résoudre au mieux l’équation de l’équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle, tous ont en commun de vouloir créer un équilibre qui leur permettra de relativiser l’incertitude liée à l’insécurité du travail.


Petits échafaudages fragiles, ces arrangements sont régulièrement mis à mal par la réorganisation des entreprises ou des services et par les changements de cap intempestifs.

Mais les repères ainsi créés favorisent la solidarité donc le lien social et aident à lutter contre le « non-sens » qui gagne insidieusement toutes les activités professionnelles.

 

Outre l’incertitude et l’insécurité ressentie, les sociologues pointent dans leurs enquêtes la question de la reconnaissance au travail. Le risque de la non reconnaissance impacte la construction de l’individu – le travail reste en effet l’une des bases de cette reconnaissance personnelle et appelle la confirmation de la valeur de l’individu – et touche à l’identité.


La reconnaissance ne venant plus du monde du travail en lui-même, le salarié oppose une résistance en déployant un investissement qui touche la corde sensible de l’individualisme. Le salarié s’investit pour « son service », pour « ses clients » ou encore pour « ses produits »…


Au final, c’est bien le lien social et la solidarité qui permettent à chacun de continuer à avancer  et à tenir bon en se créant un bouclier contre les incertitudes.


 

« Les salariés de l'incertitude, Solidarité, reconnaissance et équilibre de vie au travail », Coordonné par Marc Uhalde, Octares éditions, collection Travail et activité humaine, Toulouse, 2014, 23 euros

 

http://www.octares.com/boutique_fiche.asp?IdProd=224

 

 


Retour à l'accueil