La petite annonce pourrait être rédigée ainsi :

 

« Employé dynamique et consciencieux, soumis à des horaires contraignant et à une  charge de travail imposante, n’hésitant pas à travailler de chez lui pour « gagner du temps », ayant une sensation de fatigue chronique confinant à de l’épuisement, commençant à perdre tout sentiment d’empathie envers les autres et se transformant en un robot déshumanisé, poursuivi par un sentiment d’échec, trainant une sensation de  culpabilité


CHERCHE


une maladie qui ni n’existe ni pour la Sécurité Sociale ni pour l’Etat mais pourtant reconnue au titre de l’accident du travail aux Etats-Unis  et au Japon depuis les années 70.

Faire suivre à la Médecine du Travail qui transmettra. »


 

Si vous avez lu mon précédent article sur le sujet « Burn Out. Lorsqu’on a mal au travail… » vous avez certainement déjà songé à l’ampleur du problème que représente cette pathologie que d’aucuns tentent de faire reconnaitre comme maladie professionnelle, inquiets devant ce qui prend les allures d’épidémie exacerbée par la situation de crise.


Si les bons conseils fleurissent pour éviter le burn out, surtout en cette période de retour des congés estivaux,  il n’en demeure pas moins que les salariés victimes sont malades de leur travail et que c’est bien ce dernier qu’il faudrait soigner en priorité…


 

Rappel des conseils de bon aloi :

 

-         Ne pas s’isoler ni se replier sur soi, vous avez besoin des autres

-         Reprendre la main sur les événements

-         Ralentir la cadence, au moins ponctuellement

-         Réinvestir la sphère personnelle (famille, amis, activités…) le travail ne doit pas être le centre absolu de votre vie

-         Reprendre conscience que nous ne sommes pas qu’une tête mais que nous avons aussi un corps (faites du sport pour vous éclaircir les idées, détendez-vous, oxygénez-vous !)

-         Admettre que vous ne pouvez pas être parfait dans tout. Seuls les robots (et encore) peuvent prétendre au zéro-défaut…

-         Apprendre à déléguer !!!

 

 

 

 

Pour aller plus loin…


« Guide anti-burn out » du Dr Baumann,  editions J. Lyon, 2010.


 

« Quand le travail vous tue, histoire d’un burn out et de sa guérison », Aude Selly, éditions Maxima, 2013.


Cet ouvrage est le témoignage d’une responsable ressources humaines qui a donné tant à son travail que la pression l’a consumée littéralement jusqu’à la tentative de suicide et l’internement en Hôpital psychiatrique.

Aude Selly va aujourd’hui mieux mais le souvenir de son burn-out est toujours vivace, elle vit avec des conséquences psychologiques au quotidien. Elle souhaite maintenant œuvrer pour faire changer les choses.

 

Retour à l'accueil