Image par Gerd Altmann de Pixabay

Image par Gerd Altmann de Pixabay

Il fut un temps où les recruteurs misaient tout sur le diplôme et l’expérience des candidats.

Mais ça, c’était avant, avant que les soft skills deviennent l’étalon-or du recrutement et que 50 % des recruteurs affirment qu’ils sont de plus attentifs aux compétences comportementales !

 

Mais pourquoi cet engouement ?


Avec l’arrivée en masse du numérique dans le monde du travail et la poussée de l’IA, les seules compétences techniques ne suffisent plus. Les soft skills – compétences comportementales en bon français – prendront prennent déjà de plus en plus d’importance selon 90 % des 450 responsables RH français.e.s interrogé.e.s dans une étude du jobboard Monster datée de décembre 2019.

Assurer la cohésion d’une équipe, renforcer la culture de l’entreprise, favoriser l’esprit apprenant… autant de compétences comportementales qui feront et font déjà la différence pour les entreprises soucieuses de retenir les talents.


 

Les 12 soft skills qui font la différence

Les candidats ont tout intérêt à confronter leur panel de compétences aux attentes des recruteurs.

Car à formation et expérience égales, ce sont bien les soft skills qui feront pencher la balance vers un candidat ou vers un autre.


 

Le top 12 des compétences plébiscitées par les recruteurs :

  • adaptabilité
  • esprit d’équipe
  • rigueur / organisation
  • motivation / passion
  • empathie / écoute
  • esprit d’entreprendre
  • aisance à l’oral
  • créativité / inventivité
  • gestion du stress
  • optimisme
  • confiance en soi

 

 

Au stade du recrutement


Il ne s’agit pas - bien entendu – de se targuer de compétences non détenues mais bien plus de réfléchir à celles que l’on possède et à réfléchir à comment développer les compétences-clés qui pourraient faire défaut.

 

A l’étape du recrutement, le CV et l’échange lors des entretiens doivent faire ressortir les softs skills. Il est donc important de préciser les activités en dehors de la sphère professionnelle, surtout si elle permet de mettre en avant une compétence attendue. Citons en exemple la pratique d’un sport collectif pour mettre en avant l’esprit d’équipe ou encore le suivi de mooc pour parler de la curiosité...

Vous trouverez des ressources pour détecter vos softs skills à la fin de cet article.

 

Prendre conscience de soft skills déjà présentes contribue à les développer. Répéter les situations dans lesquelles elles peuvent s’exprimer permet de les ancrer dans son esprit, dans sa façon de se comporter ou encore de les mettre en œuvre avec de plus en plus d’aisance.

 


Et pour évoluer en entreprise ?

Les soft skills ne sont pas qu’un atout dans une situation de recrutement mais sont aussi primordiales pour évoluer dans une entreprise.

Toujours selon l’étude Monster, près de la moitié des RH ont intégré les softs skills dans les critères des évaluations annuelle mais 70% des entreprises ne disposent pas de modules de formation pour les développer chez leurs salariés !

Dans ce contexte, le collaborateur devra entamer une démarche personnelle, pour continuer à développer ses soft skills par des activités, des engagements externes ou des projets internes à l’entreprise.

Cette dernière possibilité montrera avec avantage son implication et sa motivation.

La balle est dans votre camp pour vous saisir du dossier soft skills !


 

Ressources :

https://www.bloomr-impulse.com/blog/liste-46-soft-skills

https://www.emploi-store.fr/portail/services/evaluezVosSoftskills

(accès au service gratuit hello elton, bilan de soft skills)

https://www.talentoday.com/fr/

(test gratuit, très complet)

Retour à l'accueil