Un jour, vous recevez un rappel pour des remboursements d’un crédit à la consommation non honorés. Tout est bien à votre nom et à votre adresse mais - gros hic – vous n’avez jamais contracté ce fameux crédit.

Vous découvrez vite le pot aux roses, « on » se sert frauduleusement de votre identité !

Et vous venez d’entrer dans une sacrée galère…

 

Comment est-ce possible ?

L’usurpation d’identité commence souvent de façon plutôt banale :  vous avez perdu vos papiers ou on vous les a volés, vous avez répondu à un mail sans flairer l’arnaque, on a fouillé votre boîte aux lettres ou votre poubelle, vous avez rempli un dossier en ligne avec vos données personnelles et il est tombé entre des mains malveillantes…

Tout cela s’est fait si discrètement que vous n’avez rien vu venir jusqu’à ce que vous constatiez bien plus tard que des comptes bancaires ou des prêts ont été ouverts ou contractés en votre nom, que vous receviez des avis pour des PV non payés ou bien pire, que vous appreniez que vous êtes dorénavant fichés à la Banque de France ou au Fichier des Incidents de Crédits aux Particuliers.

Peuvent s’en suivre des demandes de recouvrement, des interdictions d’emprunt… situation dont vous êtes victime ce qu’il vous restera à prouver ! Père Ubu, au secours, je deviens fou !

 

Comment agir ?

Victime dans les faits, vous allez devoir en apporter la preuve à ceux qui vous poursuivent mais vous allez devoir en tout premier prendre votre dossier en main.

Si vous ne vous sentez pas apte à le faire seul, contacter un avocat.

Etant donné l’explosion des cas d’usurpation d’identité, il saura vous guider, faire valoir vos droits et vous aider à prouver votre bonne foi.

Si vous souhaitez vous occuper seul de votre dossier, ayez les bons réflexes :

 

1.Vous allez déposer plainte :

C’est la première chose à faire, ce qui conduira à l’ouverture d’une enquête.

Vous pouvez déposer votre plainte auprès de n’importe quel commissariat de police ou de brigade de gendarmerie. Autre option, vous pouvez adresser la plainte au Procureur de la République. Conserver soigneusement une copie de la plainte, elle vous servira pour étayer votre démarche et votre bonne foi auprès des administrations comme des établissements financiers et bancaires.

 

2. Vous informez vos organismes bancaires de la situation :

Pour éviter de vous retrouver dans une situation financière plus que délicate, informez vos organismes bancaires sans délai. Ils pourront ainsi être particulièrement vigilants lors des mouvements affectant vos comptes, devant toute demande de prêt ou d’ouverture de compte à votre nom.

Pensez à vérifier que vous ne faites l’objet d’aucune inscription aux fichiers de la Banque de France (Fichier central des chèques -FCC- et Fichier des incidents de remboursement des crédits aux particuliers -FICP-). Si vous êtes fiché, demandez à la Banque de France d’apposer la mention « usurpation d’identité » sur la fiche. Vous devrez fournir la copie de la plainte disposée au commissariat.

Rapprochez-vous également de la CNIL pour demander à consulter le fichier FICOBA, qui recense les comptes bancaires. Vous pourrez vérifier qu’aucun compte n’a été ouvert frauduleusement à votre nom.

 

Vous l’aurez compris, la victime se retrouvera dans une position difficile à plus d’un titre :

-             Elle devra rapporter la preuve qu’elle est bien la personne correspondant à l’identité mais que celle-ci lui a été usurpée frauduleusement

-             Elle devra se battre face à l’administration et face aux établissements financiers et bancaires pour faire valoir ses droits

 

Pour éviter de vous retrouver dans cette situation désagréable et ubuesque, consultez les bons conseils sur les sites suivants :

https://www.cnil.fr/fr/lusurpation-didentite-en-questions

http://www.usurpation-identite.info/

 

Tout savoir sur FICOBA :

https://www.cnil.fr/fr/ficoba-fichier-national-des-comptes-bancaires-et-assimiles

 

Retour à l'accueil