Au cours de ce mois de janvier 2016, Toyota France se lance dans une expérience sur l’amélioration de la qualité de la production et de la vie au travail, en concertation avec les représentants du personnel.


Dans l’usine Toyota située à Onnaing, non loin de Valencienne, l’une des chaines de montage spécialisée dans l’assemblage de roues, batteries et pare-brises emploie une centaine de salariés.

Une expérience grandeur nature se propose de tester une nouvelle organisation. Les ouvriers vont se trouver placer au centre de la production puisqu’il leur reviendra de signaler les dysfonctionnements dans le processus de montage.


La parole aux opérateurs.

Trop souvent cantonnés à un rôle passif, il s’agit de redonner aux opérateurs une certaine capacité d’action sur leur poste de travail.

A l’aide d’un document nommé simplement « Gestion des anomalies », il leur sera demandé de consigner par écrit les difficultés rencontrées, de les catégoriser, d’identifier le ou les outils nécessaires à la résolution du problème rencontré et enfin, demander un délai de mise en place pour chaque solution.

Le ressenti sur les actions réalisées sera également recueilli.


Accord sur le bien-être au travail.

La CFDT a été à l’origine du dispositif expérimenté, déclinaison de l’accord sur le bien-être au travail signé avec la Direction. En effet, le diagnostic préparatoire sur la qualité de vie au travail sur les chaines de montage avait mis en avant que « la résolution des problèmes quotidiens est amoindrie par la faible utilisation des outils et dispositifs déjà en place (cercles de qualité, cinq minutes de communication quotidienne et cinquante minute de développement tous les 15 jours), ou leur méconnaissance ».

La méthode, déjà proposée chez Renault, se base sur l’idée que l’apport rapide d’une solution aux problèmes rencontrés par les salariés dans leur activité de production permet l’amélioration de la qualité du travail tout autant que celle de la qualité de la vie au travail avec un impact positif sur la santé et sur la sécurité.


Le dialogue social renforcé.

Au-delà des salariés, le CHSCT, l’encadrement de proximité et la Direction sont fortement impliqués dans l’expérience.

En effet, l’encadrement va être préparé spécifiquement à l’écoute et à la prise en compte des demandes et des idées des opérateurs. Le CHSCT aura toute latitude pour intervenir en cas de blocage.

Dans quelques mois, un bilan sera tiré de l’expérimentation.

Si celui-ci s’avère positif, ce sont toutes les chaines du site de fabrication de la Yaris qui bénéficieront de cette avancée.


En complément…

Site Toyota avec les 5 piliers fondamentaux qui guident les collaborateurs (Toyota Way) :

https://recrutement.toyota.fr/toyotaway.htm#


Actu sur l’expérimentation :

http://www.wk-rh.fr/actualites/detail/90540/toyota-travaille-sur-le-bien-etre-de-ses-ouvriers.html


La QVT (qualité de vie au travail), une approche de l’ANACT :

http://www.anact.fr/qualite-de-vie-au-travail-la-methode-anact




Retour à l'accueil